STAGIAIRE, JE LUI AI TENDU LA MAIN

Les entreprises sont souvent grosses consommatrices de stagiaires, pour remplir les organisations, pour une aide spécifique mais leur intégration est quelques fois compliquée, « pas le temps, pas l’envie ». C’est une douleur pour tous car on a oublié que le stagiaire est là pour apprendre et non pour boucher des trous. Un jour, j’ai démarré une nouvelle mission, le temps de faire connaissance, j’ai écouté avec attention ce stagiaire timide, un peu perdu dans son travail, que peu de personne voulait considérer. Puis à l’occasion d’un déplacement professionnel, je lui ai tendu la main, je l’ai laissé animer une réunion de projet, voilà il était lancé. Il a été brillant et son compte rendu a fait son effet. Le lendemain, sa crédibilité avait changé auprès des collègues…

 

C’est une épreuve de vie professionnelle qui déstabilise, êtes-vous prêt à le vivre ?

Osez-vous y préparer ! Vous avez le droit de Savoir Pouvoir Vouloir Croire.

Beaucoup de personnes actives se rappellent ces stages réalisés qui ont été enrichissants pour certains et douloureux pour d’autres. Le stagiaire est aujourd’hui comme un collègue à part entière, c’est pourtant une grave erreur que tout le monde cautionne. Il y a quelques dizaines d’années, l’intégration des stagiaires étaient extrêmement encadrée et aujourd’hui faute à l’air du temps, le stagiaire n’est plus qu’un ETP à coût réduit, on sait qu’il ne restera pas, ne gardera pas de souvenir. L’attitude de certains stagiaires ont bien changé également, irrespectueux, manque d’écoute, sans gêne crée une situation relationnelle difficile, la hiérarchie n’est plus respectée alors on casse du stagiaire…  

😎 Soyez heureux au travail : la venue d’un stagiaire peut être comme un peu de fraîcheur dans l’environnement de travail, souvent on a quand même envie de les aider mais attention à ces stagiaires qui se croient tout permis !

Citation : « Une personne qui n’a jamais commis d’erreurs, n’a jamais tenté d’innover » A. Einstein

Savoir Pouvoir Vouloir Croire, une devise qui doit être un outil, une méthode, une conduite, un accompagnement utile à un parcours professionnel.

Un conseil majeur : La rencontre d’un stagiaire peut être une belle rencontre, car vous pouvez être celui/celle qui va lui donner un coup de pouce professionnelle et pour ceux/celles qui ont déjà vécu cette expérience, on se rappelle toujours celui/celle qui a été un déclic dans notre carrière.

Qui pour vous accompagner :

  • Un coach de vie pour gérer vos émotions
  • Un coach d’entreprise pour partager et vous accompagner dans votre construction professionnelle, votre reconversion
  • Une experte du droit du travail pour vous guider dans vos droits et vos questionnements

Pascal

Les bonnes clés pour vous accompagne https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

https://www.instagram.com/spvcoaching/

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE MAIS QUELLE EXPERIENCE ?

Je me souviens d’une personne en fin de carrière qui se vantait d’avoir de nombreuses années d’expérience. Beaucoup de jeunes actifs qui avec leur 5 ans d’expériences ne manquent pas de modestie avec ce soi-disant graal. Mais aujourd’hui, bon nombre de personnes ont privilégié le confort de travail sans jamais avoir eu de vrais défis. C’est déjà l’état d’esprit de certains jeunes actifs, surtout pas de risques et à la question qu’ont-ils vraiment appris ? Souvent pas grands choses. Certains après 20, 30 ans d’activités ont perdu toute crédibilité, dès lors qu’on essaie de comprendre leurs parcours professionnels. Alors ! Expérience professionnelle mais quelle expérience ?

 

C’est une épreuve de vie professionnelle qui déstabilise, êtes-vous prêt à le vivre ?

Osez-vous y préparer ! Vous avez le droit de Savoir Pouvoir Vouloir Croire.

Le facteur temps joue beaucoup dans l’expression « avoir de l’expérience » car le temps va vite filer, 5, 10 années d’anciennetés assimilés à de l’expérience, mais vous avez appris quoi ? Etes-vous en mesure de détailler vos acquis et ceux que vous pouvez apporter à un futur employeur ou juste pour vous-même ? Il faut réagir et avoir le bon conseil pour vous distinguer avant de vous retrouver comme dans le début de mon post, cette personne en fin de carrière qui se vantait et qu’on avait mis dans un placard car elle n’était plus crédible avec ses années d’expériences, toutes ces années d’expériences n’avaient plus aucune utilité !  

😎 Soyez heureux au travail : La procrastination, c’est peut-être un bon mode de travail mais cela va vite vous étouffer, pour bien vivre et être heureux au travail, la bonne technique : « la priorisation », on ne peut pas toujours tout faire mais au moins vous pourrez vous dégager du temps pour un petit café !

Citation : « Dans la vie, on ne regrette que ce qu’on n’a pas fait » Jean Cocteau

Savoir Pouvoir Vouloir Croire, une devise qui doit être un outil, une méthode, une conduite, un accompagnement utile à un parcours professionnel.

Un conseil majeur : Expérience, ancienneté, ces mots créent la confusion pour soi-même et pour les autres, le bon conseil, c’est d’utiliser le terme « expérience appliquée » qui va se traduire par une clarification de vos acquis et augmenter votre crédibilité puis il faudra soigner son discours !

Qui pour vous accompagner :

  • Un coach de vie pour gérer vos émotions
  • Un coach d’entreprise pour partager et vous accompagner dans votre construction professionnelle, votre reconversion
  • Une experte du droit du travail pour vous guider dans vos droits et vos questionnements

Pascal

Les bonnes clés pour vous accompagner https://www.instagram.com/spvcoaching/

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

PREVENIR LES TCA

Les TCA sont une cause sérieuse de morbidité et de mortalité. Il n’y a pas de traitement miracle. Il faut évidemment une mise en place d’une prise charge médicale pluridisciplinaire. Il faut aussi l’amour et le soutien des proches.

Il peut y avoir de la prévention par l’éducation sur la santé comme :

  • Développer des comportements sains en apprenant à s’occuper de soi-même, de sa santé et de sa vie.
  • Apprendre à s’écouter et d’écouter son corps, car oui notre corps nous parle et parle pour nous quand nous n’arrivons à verbaliser les émotions qui sont douloureuses
  • Connaître et apprécier la diversité alimentaire
  • Valoriser et expliquer la diversité des personnes
  • Valoriser la notion de plaisir alimentaire
  • Encourager à ne pas s’arrêter à l’apparence physique
  • Eduquer sur les fausses croyances des régimes ou produits miracles pour perdre du poids
  • Favoriser l’estime et l’amélioration de soi

Il y a des N° gratuits et plusieurs associations qui accompagnent et écoutent les proches ou les personnes en souffrances.

N’oublions pas que ces troubles n’apparaissent jamais sans raison. Elles sont une véritable souffrance, le corps crie ce que nous n’arrivons pas à dire. C’est une forme de long suicide, douloureux car il y a un manque d’amour, de l’abus, de la maltraitance, un ou des traumas….

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus car la personne arrivera à mieux s’ouvrir et parler. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

https://www.instagram.com/spvcoaching/

LES AUTRES TCA

Il existe d’autres TCA moins connus et moins répandus :

  • L’orthorexie touche entre 2 et 3% de la population en France. L’orthorexie est l’obsession autour de la nourriture saine. Vous me direz « mais justement c’est ce que tout le monde préconise non? ». Alors oui manger sainement c’est très bien, mais quand ça devient obsessionnel, contraignant, avec des interdictions, des règles strictes quotidiennes cela devient alors pathologique. La personne n’aura pas de plaisir, une souffrance viendra s’installer, poussant même la personne à tout peser et à s’interdire un plaisir qu’elle considérera comme un écart grave.
  • Le mérycisme ou le trouble de la rumination est un TCA se caractérisant par des régurgitations et la remastication de ce qui a été régurgité involontairement et de façon incontrôlée. Les petits de 3 mois à 2 ans en souffre plus que les adolescents et les adultes.
  • Le trouble PICA se caractérise par l’ingestion de substances non comestibles et non nutritives de façon régulière (de la terre, du savon, du papier, de la cendre de cigarette…)

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter

Sandrine

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

https://www.instagram.com/spvcoaching/

 

LA PRISE EN CHARGE DE LA BOULIMIE ET DE L’HYPERPHAGIE

La prise en charge rapide est un facteur déterminant pour espérer une guérison et éviter une chronicité. Ces pathologies nécessitent une prise en charge pluriprofessionnelle pour traiter les aspects psychologiques, somatiques, nutritionnels, familiaux et sociaux avec :

  • Une approche psychothérapique
  • Une thérapie comportementale dialectique
  • Une thérapie comportementale et cognitive
  • Une psychothérapie d’inspiration psychanalytique
  • Une thérapie interpersonnelle
  • Une thérapie familial

Ces choix seront pris en fonction des besoins du patient, de la nécessité privilégié par l’équipe médicale et de ce qui a déclenché ces troubles.

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

https://www.instagram.com/spvcoaching/

LES CONSEQUENCES DE L’HYPERPHAGIE

Les complications ou les risques sont d’ordre somatique et psychologique. Les hyperphagiques peuvent souffrir de surpoids ou d’obésité qui sont à l’origine de multiples complications : diabète, problèmes cardiaques avec un risque accru d’AVC, hypertension, cholestérol, problèmes osseux ou articulaires…

Les complications d’ordre psychologique sont : état dépressif, utilisation de substances psychotropes, consommation de tabac, d’alcool, médicaments, baisse de l’estime de soi et de la confiance en soi, isolement, trouble de la sexualité, risque suicidaire, crises graves et fréquentes, troubles psychiatriques sévères.

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.instagram.com/spvcoaching/

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

L’HYPERPHAGIE, LES SYMPTÔMES QUI DOIVENT ALERTER

Ils ne sont pas faciles à cibler car nous aurons plus tendance à catégoriser les personnes souffrants d’hyperphagie comme des personnes trop gourmandes, déraisonnables ou comme des bonnes vivantes… et personne ne verra la souffrance derrière ce comportement.

Cependant on peut remarquer si :

  • La personne mange plus vite que la normale et peut ne pas prendre le temps d’apprécier ce qu’elle mange, elle est plus en mode remplissage pour combler sa souffrance
  • Manger de grandes quantités sans en ressentir réellement le besoin et sans faire attention aux sensations de satiétés
  • Manger seule pour éviter le regard des autres
  • Manger jusqu’à se sentir mal à l’aise et/ou honteux(se)
  • Eprouver une sensation de dégoût, se sentir coupable d’avoir trop mangé, se sentir déprimé

L’hyperphagie est d’autant plus difficile à détecter car nous ne pouvons pas savoir ce que pense ou ressent la personne qui souffre si elle ne l’exprime pas , surtout qu’elle n’aura pas de comportements compensatoires (pratique excessive de sport, vomissements auto induits, utilisations de laxatifs…) qui peuvent se remarque plus facilement.

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.instagram.com/spvcoaching/

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

L’HYPERPHAGIE (personnes concernées et causes)

Elle est caractérisée par des épisodes répétitifs de crises de boulimie, accompagnés d’une sensation de perte de contrôle sans comportements compensatoires inappropriés. L’hyperphagie entraîne un surpoids ou une obésité qui peut générer une grande souffrance psychique.

L’hyperphagie touche autant les hommes que les femmes et elle est plus fréquente que la boulimie puisqu’elle concerne 3 à 5% de la population. Souvent diagnostiquée au-delà de 20 ans, cependant il existe aussi des formes plus précoces qui sont plus sévères.

Malheureusement les personnes souffrant d’hyperphagie consultent peu et celles qui consultent y vont souvent pour un problème de surpoids ou d’obésité sans parler au médecin de leur comportement alimentaire.

Les causes de l’hyperphagie ne sont pas encore clairement identifiées et se produisent dans des contextes très différents. Souvent provoqué par un dérèglement psychologique ou encore par un problème d’ordre émotionnel.

Les personnes hyperphagiques souffrent souvent de dépression légère à modérée et sont plus préoccupées par leurs corps ou le poids que par leur façon de manger excessive sous forme de crise.

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.instagram.com/spvcoaching/

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

LES CONSEQUENCES DE LA BOULIMIE

Avec le recours aux vomissements auto induits, ainsi qu’aux laxatifs et aux diurétiques peuvent développer les complications suivantes :

  • Altération de l’émail des dents, déchaussements, caries, lésions aux gencives
  • Lésions digestives au niveau de l’œsophage, reflux gastro-œsophagien, gastrite…
  • Ostéoporose ou perte de la densité osseuse
  • Déshydratation
  • Règles irrégulières et baisse de la fertilité chez les femmes, baisse de la libido et troubles de la sexualité chez les hommes
  • Dénutrition qui induit des carences nuisant gravement à a santé
  • Perturbation métaboliques peuvent entraîner des troubles cardiaques et rénaux

Sur le plan psychique, il y a la perception erronée de soi-même avec le manque d’estime et de confiance en soi. Les personnes boulimiques sont sujettes à l’hyperémotivité et à l’impulsivité, à l’anxiété, ainsi qu’au développement de pensées obsessionnelles ou encore une tendance à la dépression avec idées suicidaires.

Sur le plan social, le repli sur soi et à l’isolement avec parfois des conséquences sur les études ou le travail avec un manque de motivation, un désintérêt, une baisse de performance…

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.facebook.com/spv.coaching.3/

https://www.instagram.com/spvcoaching/

BOULIMIE, LES SYMPTÔMES QUI DOIVENT ALERTER

La boulimie se manifeste sous la forme de pulsions ou de crises, à laquelle le boulimique ne peut pas résister. Ces crises se présentent sous la forme d’un besoin angoissant de manger, c’est le CRAVING : une sensation de faim incontrôlable qui entraîne une consommation de nourriture en grande quantité et ingurgitée rapidement.

Le boulimique mange n’importe quel aliment qui est à sa portée. Souvent, il ingurgite des aliments qui ne sont pas à préparés, pas à cuire et qui sont gras, sucrés et hautement caloriques.

Les crises se déroulent souvent quand la personne est seule, à l’abri des regards et en dehors des repas. Après ces crises, la personne boulimique éprouve une sensation de malaise, de remords et de dégoût de soi. Une personne boulimique est rarement en surpoids ou obèse, même si son poids peut fluctuer de quelques kilos d’une semaine à l’autre.

Un médecin peut confirmer la suspicion de boulimie en utilisant le test SCOTT ou EAT26 en recherchant aussi des symptômes associés comme :

  • Addiction : alcool, tabac, médicaments psychotropes, cannabis…
  • Troubles de la personnalité
  • Etat dépressif
  • Si le sujet est anxieux ou angoissé
  • Chez les adolescentes et les jeunes femmes, des règles irrégulières ou absentes
  • La répétition des épisodes de crises de boulimie
  • La survenue d’au moins 2 épisodes boulimiques par semaine et ce depuis au moins 3 mois
  • Le recours fréquent à des comportements compensatoires inappropriés
  • L’intérêt excessif porté par le sujet boulimique à son apparence physique, à son corps et à la pris de poids
  • La sensation de perte de contrôle sur l’absorption d’aliments lors des crises de boulimie

En plus d’une prise en charge médicale, un accompagnement alternatif peut être un véritable plus. N’hésitez pas à me contacter.

Sandrine

https://www.facebook.com/spv.coaching.3

https://www.instagram.com/spvcoaching/